Voilà bien une question que ne se posera pas 95% de mes amis. Moi j'ai attendu mes 24 ans pour me la poser, le jour où je me suis réveillée amoureuse d'une femme, me regardant dans la glace pour me raser, et ne pensant non plus à la présidence du monde libre des poneys mais à l'horrible vérité, j'allais devoir vivre avec non pas une armoire pleine de tampons mais deux.

Typiquement les scénarios les plus tarantinesque ont commencé à défiler dans ma tête. Je me voyais très bien débouler dans la maison familiale dans ma combinaison de latex jaune poussin, la frange dans les yeux, le sabre dans les mains et lâchant un " Qui trouve dégeulasse que je mélange mes flux corporels à ceux d'une autre femme ?";  ou bien ramenant ma dulcinée hôtesse de l'air, une valise remplie d'oseille à la main et offrant du Moët et Chandon ( 100 000E la mention, me connecter par mail pour le versement) à tout membre de la famille me demandant combien de bambins nous allions faire; ou encore débarquant les uzis au poing dégommant à tout va tout les " Mon dieu mais qu'est ce que j'ai fait de mal ?" et les " C'est à cause de ton ex ça encore".

En réalité, il m'était bien difficile à ce moment d'imaginer mettre mes parents au courant, mais les choses de la vie comme disait mon ami Claude S. étant évidemment bien plus fortes que tout un chacun, il m'était impossible 8 mois plus tard de ne pas mentionner à mes géniteurs le risque décroissant que j'encourais de tomber enceinte par accident.

Par un beau soir d'été, au volant de ma Mini cooper aux couleurs chatoyantes, je m'étais le cap direction le centre commercial, lorsque arrêtée au feu, mon regard croisa le panneau indiquant l'autoroute menant à la campagne familiale, je pris cela pour un signe (un panneau au bord d'une voie d'entrée sur le périphérique n'est pas commun dans nos contrées d'arriérés sudistes). Une petite heure plus tard, je foulais l'herbe estivale de mon adolescence à la surprise maternelle. Décidée à ne rien lâcher avant le retour du paternel, je devisais du sens de la vie avec ma mère ( soit le programme tv de la veille et le nombre de chats morts sur les routes).

Commence le top 5 des choses à ne pas faire lors de son CO:

1. Ne pas commencer par " Faut qu'on parle, asseyez-vous, je vous sers quoi ? Du perrier papa, non vraiment je crois pas, tiens prends une eau de vie, c'est pareil mais en mieux". Cela a tendance à les crisper légèrement.

2. N'enchaînez pas sur " Bon ben je suis enceinte" aussi pourrie que la nouvelle puisse vous paraître à vous, ils peuvent trouver normal que vous le soyez à 24 ans même sans relation sérieuse avérée, l'immaculée conception je vous dis.

3. N'essayer pas de rattraper le coup en vous servant une eau de vie, faudra repartir en voiture une fois que le désastre sera complet.

4. Ne pas bafouiller que, en réalité, quand vous vous êtes cassée la main le mois dernier ce n'était pas en faisant du shopping pour les soldes mais en fissurant un abribus de rage amoureuse, ne pas les prévenir que l'ex de votre chéri(e) (choisissez bien le terme indéfini pour ménager encore un peu plus le suspens) est en prison pour violences et menaces de mort (non, non, pas sur vous voyons, vous n'y êtes pour rien s'il est belge et donc attardé), ne pas continuer en les prévenant du risque de sa sortie imminente et donc de danger sur vos biens matériels, en effet vous risquez de ne pas être crédible en expliquant que, non vraiment vous ne savez pas qui peut vous en vouloir suffisament pour fracturer votre appartement pendant votre sommeil, tout en concluant que non tout ça c'est pas grave puisque vous êtes amoureuse de la femme de votre vie.

5. Ne pas partir 5 minutes après avoir demandé s'ils avaient des questions, leur silence ne signifie PAS "non", ils sont justes alcoolisés et complètement abattus.

Pour le top 5 du CO réussi vous repasserez.