Je ne compte plus les heures passées à nous imaginer réunies sans entraves, à te voler à LUI, à te dérober à ses menaces, à te faire goûter à notre bonheur. Je voulais lutter contre le vent de la vie, brûler ce qu’il me restait de raison, courir et tomber, me relever puis rechuter indéfiniment tant qu’il me resterait des forces.

Mon avion a 3h de retard, et pourtant je t’attends à l’arrivée, je crois toujours que c’est une coïncidence, je ne veux pas croire que ton amour est déjà en train de s’évaporer. Comme avant Paris, je t’ai imposé un ultimatum. Tu me prouves, par n’importe quel moyen, que tu m’aimes et je m’accroche, si tu n’y parviens pas, j’abandonne. Tu ne le sais pas mais je commence à perdre pied, je sais que l’on est jamais guéri, je sais que je suis en sursis depuis ces années. Toute l’énergie que je laissais auparavant sur le bitume, je te l’ai donné. Mes nuits sont agitées, les démons sont aux portes de ma vie. J’ai lutté durant des semaines et des mois pour ne plus y penser. Le vide qui se crée lorsque je sens inconsciemment que tu t’éloignes fait ressurgir les pulsions que j’avais enfouies en adoptant une vie des plus « normales ». 

Dans mon sac pour ces 3 jours, j’ai emporté 2 choses, une qui symbolise mon passé et une qui incarne mon futur. Mon ultimatum, ton choix, nos vies. J’hésite longtemps, ce soir là, sur le canapé, je veux tout te dire, je veux que tu sois consciente de la détermination qui m’anime, je veux partager avec toi ce que je n’ai jamais partagé avec quiconque. Et pourtant…   

… Il intervient, il t’accapare, il veut te pousser dans tes derniers retranchements, il doit te faire du chantage avec ce que j’apprendrais plus tard comme étant la « vérité ». Tu lui réponds, tu ne veux pas qu’il commette de bêtises, tu le protèges et tu m’achèves…

Ce lundi matin, au lever de ce jour qui signe mon départ, tu ne me parles pas, tu as le regard sombre, tu sembles avoir oublié de me montrer que tu tiens à moi. Je m’éclipse sous la douche, et pour la première fois, tu ne viens pas, j’ai compris. L’eau coule sur mes épaules et je sais que ton silence est ton choix, je sais que tu as pris la décision de ne rien me dire et de tout me laisser faire, d’assumer la responsabilité de te quitter. Je dois avoir des amis médiums, alors que dans ma tête je commence à penser aux mots qui devront sortir, ils m’appellent, ils ne savent pas ce que j’ai décidé, ils veulent juste que je sois heureuse. Ils sont inquiets et ils ont raison. 

Les mots qui sortent de ma bouche sont inaudibles pour moi, je les prononce par automatisme, comme un mantra répété mille et une fois avant le combat, ton attitude fermée m’achève, je sais que je prends la seule décision utile, tu me quittes sur une dernière chance que je te donne, tu pars en acceptant que je te laisse mais pas que je te quitte, tu t’échappes en refusant mon adieu et en me gratifiant d’un au revoir par message. 

Le monde s’écroule, l’avion décolle dans 2H30, 2H30 où :

1) Un volcan islandais se réveille et bloque le décollage de tous les avions pour 4 jours me laissant seule dans ton pays.
2) Je croise Angelina Jolie et Brad Pitt qui m’invite à une joyeuse partie à 3.
3) Tu te rends compte de l’amour que tu as pour moi, que rien ni personne ne peut te forcer à m’oublier et tu reviens me donner la preuve ultime que j’attends.
4) IL m’annonce qu’il a des révélations à me faire et vient me tenir compagnie à l’aéroport.